Épisode 4: La malchance est pire que la Mort

Dans mon pays on a coutume de dire que la malchance est pire que la mort. Comme quoi la malchance surpasse la mort, c’est la pire des choses qui pourraient arriver à quelqu’un. Je dois vous avouer que jusqu’à hier soir je n’avais jamais vraiment saisi le sens de cet adage populaire et pourtant, il y a longtemps que je suis passée maitresse dans l’art d’avoir de la poisse.

Tout avait commencé la veille un vendredi soir. Gladys et moi devions aller à une fête samedi soir et elle n’arrêtait pas de me saouler avec une histoire d’ex :

-Ca va faire un an vous ne vous êtes pas vus, faut qu’en te voyant il regrette de t’avoir laissé.

-Mouais, avais-je répondu sans beaucoup de motivation.

Il faut avouer que la perspective de revoir Michel (je sais ça fait beaucoup de noms d’hommes que j’ai déjà eu à citer entre Paul, Georges, Le gars d’Etoudi etc) ne me réjouissait guère. Michel c’était comment dire, mon amour de jeunesse (quoique je n’ai que 22 ans). Mon premier Tout. Mon premier baiser, mon premier petit-copain, bref mon premier Tout. Vous savez ce genre de relation innocente qui évolue avec le temps et dont tout le monde est sur qu’elle ne mènera nulle part autre qu’au mariage… Eh bien c’est ce genre de relation que j’ai eu avec lui pendant à peu près quatre ans. Que dire, c’était tout simplement mon âme sœur, jusqu’à ce jour où…

 

-Tiens, tu vas porter ça.

Gladys tenait une micro robe dorée en mains. Je l’avais achetée il y a six mois sur un coup de tête mais je ne l’avais jamais mise.

-Il n’est pas question, répondis-je.

Dans le genre bombasse, j’allais ressembler à la doyenne. Non,  c’en était même ridicule. J’aurais eu l’air de quoi avec ce bout de tissu ?

-Siiiiiiii insistait Gladys (je dois vous préciser que cette dernière est maitresse dans l’art de la persuasion, c’est pourquoi elle arrive toujours à me convaincre de rencontrer des gars louches pour rompre avec mon éternel célibat.) Mais ce soir là, je n’étais pas d’humeur à me laisser convaincre, déjà que je n’avais pas tellement envie d’aller à cette fête encore moins de voir mon ex et de faire tout pour l’impressionner.

– J’ai dit non, je porterai un jean et puis c’est tout. Tant pis si ça ne fait pas assez habillé, de toute façon je n’ai pas l’intention de mettre long là-bas. Je fais un coucou à Simon et à Simone (ils n’auraient pas pu mieux se trouver) et puis je rentre.

Simone était la grande sœur de Michel, et c’était aussi comme une grande sœur pour moi. Elle fêtait avec Simon leurs fiançailles et à cette occasion ils donnaient une petite réception au domicile des parents de Simone. Et Michel était revenu spécialement pour le mariage de sa sœur et je dois avouer que la perspective de le revoir après tant de temps me fendait littéralement le cœur. Il faut dire que  je ne m’attendais pas du tout à son départ et encore moins à notre rupture…

-Il parait qu’il viendra accompagné, dit Gladys en s’asseyant à coté de moi sur le lit.

Je savais très bien à quoi elle voulait jouer et ça n’allait pas marcher. Elle voulait tout faire pour me convaincre de mettre cette robe (j’allais ressembler à une prostituée avec) et était prête à tout pour parvenir à ses fins. En temps normal j’aurais cédé pour lui faire plaisir mais je n’avais vraiment pas le cœur en fête ce soir-là.

-M’en fous répondis-je en avalant une poignée de chips. (En vérité ce sont des frites sèches de banane-plantain mais dans mon pays on les appelle « chips »).

Elle m’arracha le paquet des mains.

-Tu es une « Mbout» (mot de l’argot camerounais qui signifie une personne faible) dit celle-ci en avalant à son tour une poignée de chips.

Gladys voulait me pousser à bout, je voyais clair à son jeu, je n’allais pas me laisser prendre. Je restais de marbre, sans répondre. Notre attention se porta sur l’écran du petit téléviseur que j’avais dans ma chambre. La télénovela « La Chacala » était en train de passer. A la fin de cet épisode qui passait, Gladys prit congé et on se donna rendez-vous le lendemain samedi à 19h. Je m’endormis tôt ce soir là et  fis tout pour quitter mon lit le plus tard possible le lendemain. Mais c’était sans compter sur ma mère qui avait élaboré pour moi une assez longue liste de taches à faire. Je me passe de vous raconter toutes les corvées ménagères que j’ai eu à faire ce samedi là (j’en parle comme si c’était il y a une éternité pourtant cela date d’hier). Bref, je me suis tuée au four et au moulin toute la journée et ce n’est qu’à 17heures que j’ai eu un peu de répit.

J’entrai dans ma chambre et tombai sur mon lit en poussant un ouf de soulagement et en prenant mon téléphone que je n’avais pas consulté de toute la journée. Gladys avait essayé de m’appeler cinq fois et m’avait laissé huit messages. Une vraie psychopathe celle-là pensais-je en consultant ma messagerie. Tous ses messages tournaient au tour de la tenue qu’elle devait arborer ce soir là, elle hésitait entre un ensemble pantalon veste très décolleté et une robe rouge à l’arrière très échancré. Je fermais les yeux quelques minutes et quand je les rouvris, la pendule accrochée au mur en face de moi me disait 18h12. Merde… pensais-je me réveillant. Je courus sous la douche et heureusement pour moi la camerounaise des eaux (la société qui s’occupe de la distribution de l’eau sur l’étendue du territoire) n’avait pas « coupé l’eau ». Une aubaine puisque notre quotidien était fait de coupures intempestives d’eau. Je pris donc une douche ultra-rapide. J’avais tellement été occupée cette journée que je n’avais pas eu le temps de penser à une tenue « potable » pour cette réception.

J’ouvris ma penderie bien embêtée. En effet,  si j’avais l’intention d’être décontractée, je n’avais pas tout de même pour ambition de faire tache au milieu des autres convives. En désespoir de cause et pressée par le temps, je pris finalement la fameuse robe dorée que Gladys voulait que je porte et l’enfilai. Je fis un maquillage très discret, me chaussai de sandales à talons dorées et portai un clutch doré que j’avais piqué chez ma mère la veille. Je regardai rapidement mon reflet dans mon miroir et je dois avouer que j’étais assez stupéfaite. J’avais lâché mes tresses et je trouvais que je ressemblais à un joli oscar tout en doré. Comme quoi finalement cette robe n’était pas mal du tout…

Je hélai rapidement un taxi et une quarantaine de minutes plus tard, je me retrouvais devant le portail de la maison des parents de Simone. Le gardien qui me reconnu ouvrit le portail. L’allée était remplie de voitures, j’entendais un brouhaha qui venait de l’intérieur de la maison. Rapidement, je fus dans leur salle de fête qui avait été magnifiquement décorée. D’habitude assez sombre, la salle était très lumineuse ce samedi là.

La plupart des invités étaient déjà installés à leurs tables, tandis que je me tenais à l’entrée de la salle à essayer de repérer Gladys dans tout ce brouhaha humain, je sentais tous les regards portés sur moi. Décidément, cette robe me mettait à mon avantage au point où je voyais des gens chuchoter en me regardant. Gladys apparut soudainement devant moi, elle avait finalement opté pour la robe rouge.

-Oh mon Dieu Samantha, fit celle-ci en me tenant la main droite.

-Oui je sais, je suis trop top dans cette robe. Il faut dire que tu avais raison elle me va trop bien en plus…

Elle me coupa la parole :

-Sam, on voit tout, absolument TOUT, ta robe est complètement transparente…

J’écarquillai les yeux, je me sentais directement mal à l’aise. Oh non…

Tandis que je tirais honteusement sur ma robe, je rencontrai le regard de Michel. Il était debout à coté du buffet et tenait une coupe de champagne. Une magnifique fille métisse était agrippée à lui. En me zyeutant, je vis un rictus moqueur se former sur sa bouche. Oh non…

 

A suivre…

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Ndolo dit :

    😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂la malchance ein

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s