Episode 9 : Quand on parle du loup…

Georges et sa mère s’étaient installés à une table et Gladys et moi avions vite fait de quitter les lieux laissant cette ambiance de gêne derrière nous. Le rendez-vous avec Georges s’était plutôt bien passé et quelque part au fond de moi j’aimais à penser que ça pouvait bien être le début de quelque chose mais alors que rien ne s’était même encore passé il avait fallu que ma poisse légendaire fasse en sorte que ma possible-future belle-mère me déteste déjà. Il est clair que j’aurais préféré la rencontrer dans d’autres circonstances. Ce n’était vraiment pas de bol. Nous avions pris le taxi pour omnisport où Claude habitait. Après avoir monté les marches qui menaient à l’appartement de Claude, Gladys fouilla un instant son sac à main avant d’y sortir un trousseau de clés. Elle fit entrer l’une des clés dans la serrure et celle-ci fit un bruit mécanique. Quelques secondes plus tard, nous étions dans l’appartement, le concierge apporta le tapis que Gladys avait acheté, elle lui tendit un billet de 500 francs en guise de remerciement. Elle fit un tour à la cuisine et en ressortit avec deux verres de jus, esquissant un sourire satisfait.

-Samantha, tu as « fait fort »… ta belle-mère te déteste déjà.

Je ne sais pas si je vous ai déjà parlé de la propension de Gladys à se projeter assez rapidement, par exemple si je rencontre quelqu’un et que ça se passe bien, elle va tout de suite imaginer notre mariage et les prénoms de mes deux premiers enfants. Donc ne soyez pas du tout étonnés qu’elle me parle de belle-mère pourtant entre Georges et moi il n’y a (encore) rien.

-D’abord ce n’est pas ma belle-mère…

-Du moins pas encore, m’interrompit-elle.

-… Ensuite je ne pouvais pas savoir que c’était la mère de Georges et tu as bien vu que c’était elle qui avait tort et puis ce ton hautain là franchement ça m’insupporte.

Gladys avait fini son verre, je n’avais pas encore touché au mien.

Un ange passa et Gladys prit mon verre et le termina  d’une traite.

-Au fait il est où Claude, fis- je pour meubler le silence.

-Chez une de ses tantes je crois, je ne saurais te dire exactement ce qu’il y est parti faire. Bref ce doit être une simple visite de courtoisie.

J’hochai la tête tout en étant pensive. Qu’est-ce que Georges pensait de moi  maintenant avec ce que sa mère avait dit à mon sujet. Quelque temps plus tard, je pris congé de Gladys et retournai chez moi. J’avais bien l’intention d’achever de regarder la deuxième saison de Being Mary Jane et j’avais envie de me retrouver seule. J’arrivai à la maison aux alentours de 18 heures et à peine avais-je ouvert la porte d’entrée que je reçu un message. Je déverrouillai l’écran de mon téléphone portable, c’était Georges qui venait de m’écrire.

« -Hey. » Avait-il écrit. J’avais répondu aussitôt par le même « Hey ». Après un  échange de civilités, il avait entreprit de m’appeler, ce qui me dérangeait un peu puisque je venais juste de commencer un épisode de Mary Jane. J’appuyai sur le bouton « Pause » de la télécommande et décrochai son appel :

« – Allo ?

-Oui allo Sam, qu’est-ce que tu fais ?

-Rien de spécial, je regarde la télé et toi ?

-Je suis dans le taxi, je rentre chez moi, je viens juste de quitter ma mère. Elle a pris le bus pour douala tout à l’heure.

A l’évocation du mot « mère »une petite boule d’inconfort se forma dans mon ventre. Il y eut un silence avant qu’il ne reprenne la parole

-Elle n’a pas été très tendre avec toi tout à l’heure n’est-ce pas ?

J’étais agréablement  surprise qu’il prenne les choses de cette façon, décidément il était surprenant.

-Non pas vraiment fis-je, j’ai eu tord aussi… Dis-je sans vraiment le penser, dans le genre « je-suis une fille bien qui s’excuse même quand elle a tout à fait raison, les gens comme moi on ne les rencontre pas tous les jours »

-Si si, je connais ma mère, elle a toujours tendance à exagérer.

-…

-Bref, tu fais quoi ce soir ?

J’entendis en fond un bruit de portière qu’on refermait et le bruit de la circulation. Il était probablement descendu du taxi. Georges était assez entreprenant, j’aimais ça.

-Rien au programme, je vais regarder Mary Jane et manger des cochonneries.

-Haha, tu n’as pas envie que je vienne te tenir compagnie ?

Evidemment il s’agissait d’une blague mais je ne savais quoi répondre. Silence radio. Il continua :

-J’ai envie de te voir, on va où tu veux, on fera ce que tu veux, danser, manger ou juste rester là à ne rien faire c’est comme tu veux.

J’avais passé une journée assez mouvementée et je préférais me reposer, d’un autre coté j’aimais que Georges soit aussi entreprenant et aussi pressé de me revoir, ce malgré ce qui s’était passé avec sa mère. Voir Georges ou ne pas voir Georges ? Le choix cornélien se posait et j’avais finalement choisi de faire ma diva et de me faire désirer.

-Je vais devoir décliner ton offre quoique fort intéressante, j’ai eu une journée assez mouvementée et je souhaite me reposer.

-D’accord, si tu changes d’avis fais-moi signe fit-il sans insister.

Zut. A dire vrai, j’aurais voulu qu’il insiste, je voulais qu’il me supplie mais au lieu de cela j’avais eu droit à un « bonne soirée » prématuré suivi du silence dans le combiné. Aie, tentative de « divatisation » ratée. J’appuyai ainsi sur le bouton « pause » et les images se mirent à défiler sur l’écran de télévision. Une fois de plus, mon téléphone sonna. Cette fois-là c’était un numéro inconnu qui appelait, je décrochai, un peu perplexe.

« -Allo ?

-Allo bonsoir fit la voix à l’autre bout du fil. C’était une voix masculine, la personne parlait doucement, comme si elle chuchotait.

-Bonsoir fis-je en me redressant sur mon fauteuil, la voix m’était familière.

-Comment tu vas ?

C’était Michel.  Mais qu’est ce qu’il me voulait celui-là, j’avais passé une assez moche journée comme ça (en partie à cause de lui) et il n’était pas question qu’il vienne encore me gâcher ma soirée.

-Je vais bien.

Je ne lui retournai pas la question, je voulais couper cette conversation le plus rapidement possible.

-Qu’est-ce que tu fais ? demanda celui-ci.

-Ecoute, je suis un peu occupée et très franchement je n’ai pas vraiment envie de te parler. Bonne soirée.

Je raccrochai et mis mon téléphone sous silencieux.

Le ton avec lequel je venais de lui parler me surpris moi-même, j’avais rarement été aussi froide avec quelqu’un. Ce n’était pas dans mes habitudes d’être aussi glaciale. Cette Samantha là je ne la connaissais pas et je dois dire qu’il n’y avait surement que Michel qui pouvait faire naitre une telle personne en moi.

Michel m’avait mise de mauvaise humeur, je décidai d’envoyer un message à Georges. Finalement, je n’allais pas me faire prier et si la proposition tenait toujours, j’étais prête à saisir. Deux minutes passèrent, puis trois puis cinq. C’est foutu il ne va pas répondre me dis-je. J’étais tentée de l’appeler mais pour quoi est ce que j’allais passer ? Une pauvre fille qui fait sa belle mais qui est à l’affut de la moindre invitation ? Non non il n’en était pas question. Ce n’est pas tant sortir dont j’avais envie mais bel et bien de passer du temps avec Georges. Après réflexion je me rendis compte qu’en réalité, tout ce que je voulais c’était de ne pas passer la soirée seule. J’appelai alors Constantine qui justement était à la recherche d’un plan pour le soir. On se donna rendez-vous pour 20h30 à pizza en folie, une pizzeria située à bastos. Je pris une douche expresse, enfilai un short en jean, des sandales plates, une blouse légère et ma copie de Channel préférée. J’étais parée pour la soirée.

J’arrivai à la pizzeria avec un peu d’avance et commandai un coca. Une ambiance joviale y régnait, les gens étaient vêtus de façon décontractée sans toutefois être débraillés. La pizzeria était faite de fauteuils en cuir rouge alignés les uns après les autres comme dans un train. Il y avait  ainsi deux rangées de fauteuils.  Je m’étais assise derrière un groupe particulièrement bruyant. La serveuse vint me servir un coca, je lui demandai d’y ajouter une tranche de citron. Pour m’occuper je fis un tour sur les réseaux sociaux et j’entrai le nom de Georges dans le moteur de recherche. Le premier résultat qui s’afficha fut son compte facebook. J’entrai sur le lien prête à espionner sa vie sociale. Il n’avait pas publié de photos depuis Mars 2017 Il y avait beaucoup de photos de lui en famille, particulièrement avec sa mère (je grimaçai quand je fis le constat), un album en particulier attira mon attention, il était intitulé « Ma moitié ». J’y entrai, les photos les plus récentes dataient justement de Mars. Il n’y avait que des photos de lui et d’une jolie fille au teint chocolat (comme moi). Sauf qu’elle était vraiment jolie, en tout cas plus jolie que moi. Et purée qu’est-ce qu’elle avait un beau sourire ! Elle aurait pu faire des publicités pour des marques de dentifrice avec cette dentition. C’était certainement son ex. Sur les photos, ils avaient vraiment l’air très heureux, étalant leur amour au monde entier. Une myriade de jurons me vint alors à l’esprit. Constantine arriva enfin, il était 20h42. Elle me fit la bise et s’assit en face de moi.

-Tu as déjà commandé ?

« Non » fis-je de la tête. La serveuse vint prendre nos commandes, c’était deux cocas citron, une grande savoyarde pour moi et une moyenne végétarienne pour elle. Depuis l’épisode de la chaussure, je n’avais plus vu  Constantine et ça me faisait du bien de la revoir. Elle avait l’air d’aller super bien, elle avait pris du poids et sa peau était plus lisse.

-Quoi de neuf ? J’ai l’impression que ça fait une éternité qu’on ne s’est pas vues dit-elle alors que la serveuse venait de déposer nos cocas sur la table.

-Rien de spécial j’ai commencé un stage à e-media la semaine dernière à part ça rien d’autre déclarai-je avant de boire une gorgée de coca. Les serveuses allaient et venaient avec des plateaux en bois qui portaient des pizzas bien chaudes qui sortaient juste du feu. Le groupe d’amis était encore plus bruyant à présent.

-Moi j’essaie de rencontrer le max de personnes en ce moment, je sais pas mais j’ai envie de faire de nouvelles rencontres, j’ai même envie de partir, de changer d’air… La vie n’est pas supposée être vécue sur place.

C’est cela que j’aimais chez Constantine, elle était toujours partante, toujours prête à faire des choses nouvelles, c’était une véritable épicurienne. J’admirais son entrain et  sa joie de vivre.

Quittant du coq à l’âne je lui déclarai sous le ton de la confidence :

-Dis, Georges c’est ton ami et je crois que je lui plais bien. Parles moi un peu plus de lui, il m’a dit être célibataire mais je veux tout savoir, comment ça s’est terminé avec son ex et puis est ce que tu penses que j’ai mes chances ?

La serveuse apporta nos commandes, miam miam ça sentait bon et ça avait l’air très appétissant. Le groupe bruyant qui était derrière moi se leva enfin, je pris une part de pizza brulante dans laquelle je mordis. Elle était plutôt bonne même si elle chauffait beaucoup. Je remarquai alors que Constantine  ne parlait plus et fixait quelque chose derrière moi. Curieuse, je me retournai et vis un couple qui avait l’air très amoureux. La fille à la peau chocolat était agrippée aux bras du garçon qui portait un t-shirt bleu. Le garçon était un peu réservé mais la fille ne cessait d’étaler les marques d’affection.

Vous savez quand quelqu’un vous regarde avec insistance vous finissez toujours par vous en rendre compte. Le garçon finit donc par s’en rendre compte, et me fixa à son tour. Je détournai le regard un instant sur la fille avant de le poser à nouveau sur le garçon. Je n’eus pas de mal à reconnaitre la jolie fille que je contemplais quelque temps auparavant sur facebook. Georges finit par baisser les yeux.

 

A suivre

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Alice Vanessa Nama dit :

    Wehkehhh un salopard!!!! 😭😭😭Pardon la suite!

    J'aime

    1. missjemenfoue dit :

      😂😂😂😂😂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s