Clic, Clac, Boum.

Clic clac boum,

Dieu seul sait pourquoi je me lance dans l’écriture de ce texte,

Je sais pourtant que je vais  regretter.

Je hais la poésie,

Cette folle qui veut que je lui dise tout,

Notre relation est définitivement conflictuelle

Même si récemment nous nous sommes réconciliées

D’ailleurs avais-je vraiment le choix ?

En parlant de choix je choisis là de ne plus parler d’elle.

Voyons-voir de quoi puis-je parler dès lors ?

Essayons de parler de moi, un tout petit peu.

Le poète fut-il en herbe, est un être assez égocentrique.

La plupart du temps il parle de ses sentiments,

Qu’est-ce qu’il aime se prendre pour le centre du monde celui-là !

Toujours dans le je, je, je et même quand il dit il,  il dit encore  je.

Sinon  peut-on parler de l’incapacité des êtres humains à savoir se contenter ?

Non ne parlons pas de ça,  finalement le sujet ne me plait pas,

Ou du moins je préfère éviter le sujet,

Pour le moment.

Clic Clac Boum, il n’y a aucune cohérence dans ce texte,

Quelque part c’est le reflet de ce qui se passe dans ma tête en ce moment,

Pas grand-chose (Bon si, grand-chose quand même, un peu trop même,

C’est le bordel là-bas en ce moment)

De ce fait,  ça fait Clic Clac Boum.

Le Boum c’est pour quand la chose explose,

Quand tout s’envole.

Et le Clic Clac je ne sais pas, il fallait bien qu’il y ait quelque chose avant le boum,

Parce qu’il y a toujours quelque chose avant le boum.

Le boum ne vient pas s’il n’y a rien,

Il ne s’installe pas dans le vide.

Il aime choses bien faites, les vies bien pleines,

Il aime les projets et les promesses,

Et par-dessus tout il aime les réduire en bouillie,

En détritus, en macchabée,

En pourriture, en miserere.

 

Ceci étant je ne suis pas (si) négative, je sais que des fois,

Il y a juste un clic clac et pas de boum,

Mais ça c’est juste parfois,

Car le plus souvent, le boum finit toujours par arriver.

Et le boum est arrivé.

Le boum ne m’a pas prévenu,

Il est arrivé comme ça, un jour où je ne pouvais pas imaginer qu’un boum arriverait.

Vous savez, il y a des jours où il est concevable de s’attendre à des boums.

Prenez le lundi par exemple, c’est un jour assez triste en soi,

Alors si le boum arrive un lundi on le digère mieux.

Mais le boum est arrivé un jour qui n’était pas lundi.

C’était un jour tranquille comme il faut,

Une belle journée pour être heureux.

On connait tous ces jours,

Où il ne fait ni trop chaud ni trop froid,

Ces jours qui nous caressent de leur bonne humeur,

Ces jours qui, sans aucune raison

 Nous plongent dans un état d’allégresse silencieuse et candide,

Un état de béatitude béate presque céleste,

Un jour où les boums n’arrivent pas.

Pourtant le boum est arrivé.

Mes souvenirs sont flous, je peine à savoir ce que je faisais avant que le boum n’arrive,

Tout ce que je sais, c’est qu’il y a un moment entre le clic clac et le boum,

Un moment qui dure à la fois une seconde et toute une vie,

Un moment de flottement, presque de lévitation,

Un moment pendant lequel j’ai eu  l’impression de vivre mille vies,

Milles vies qui n’étaient pas miennes.

Un moment où j’ai vu, et voir, c’est très difficile.

Mais alors que j’ai vu, j’ai voulu  croire que je n’étais  pas en train de voir.

Car sinon il aurait fallu se rendre à l’évidence,

Mais l’évidence, comme son nom l’indique est évidente.

Donc, on se rend à l’évidence

Et c’est  là que le boum explose,

Le boum explose et il est ravageur.

Le boum ne prévient pas.

Cependant, parfois, on voit le boum venir mais on refuse d’y croire,

D’autres fois encore on voit le boum venir mais on ose croire  qu’on se trompe.

Je n’ai pas vu le boum venir.

Clic clac boum,

Boum boum boum.

                                                                                                                           Missjemenfoue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s